Au-delà du connu !

Au-delà du connu ! Ces mots me font immédiatement penser à cette phrase d’Edgar Morin : Au 21ème siècle, les analphabètes seront ceux qui ne seront plus capables d’apprendre, de désapprendre et de réapprendre.

Le connu me renvoie à l’apprentissage.

Au-delà du connu !
© Pixapay

Nos premières années sont consacrées à l’apprentissage. Nous apprenons l’usage de notre corps : nous apprenons à manger, à marcher, à prononcer des mots.

Vient ensuite l’apprentissage de la langue pour communiquer et les règles selon lesquelles cette communication devrait s’établir.

Vient enfin le grand apprentissage, le début d’un parcours scolaire plus ou moins long selon les cas.

Mais que nous apprend-on pendant ces années de parcours scolaire ?

A avoir un métier et à réussir !

Cet impératif « métier = réussite = bonheur » est soutenu par l’apprentissage que nous transmettent nos parents qui y ajoutent d’autres commandements.

C’est ainsi qu’au bout d’une quinzaine d’années d’études (je prends le cas d’un titulaire d’un diplôme Bac+4) nous démarrons dans la vie active (ce qui laisse entendre que nous menions une vie passive) pleins de savoirs et de certitudes sur ce qui devrait ou ne devrait pas être fait. J’insiste sur le mot « fait ».

Prenez le même jeune diplômé, demandez-lui ce qu’il a retenu de ses quinze années d’études ? Faites appel à vos souvenirs, qu’avez-vous appris ? Vous avez, nous avons tous appris à FAIRE !

Faire des études pour faire carrière avant de faire un beau mariage pour faire de magnifiques enfants avec lesquels nous ferons de beaux voyages…

Ainsi va la vie de l’écrasante majorité des humanoïdes !

Notre apprentissage auprès de nos parents et ailleurs se résume à une série d’injonctions, une série d’actions à mener pour parvenir à un résultat unique, toujours semblable : avoir un métier (si possible bien payé) et fonder une famille.

Vous n’êtes pas convaincus ? Observez !

Quelles questions posez-vous à un enfant que vous venez de rencontrer ?

Quel est ton prénom ? Quel âge as-tu ? Que veux-tu faire quand tu seras grand ?

Quelles questions posez-vous à un adulte que vous venez de rencontrer ? Quel est votre prénom ? Que faites-vous dans la vie ?

Avec le temps, l’âge devient tabou et le vouvoiement de rigueur !

Que faites-vous dans la vie ?

Voilà tout notre apprentissage résumé en une question. Voici notre domaine du connu !

Ce qui me ramène au sujet initial : au-delà du connu !

Au-delà du connu !

Et si au-delà du connu consistait à désapprendre ? A remplacer l’impératif de faire par celui d’être ?

Qui suis-je ?

Notre apprentissage ne devrait-il pas se centrer uniquement sur la réponse à cette question ?

Au lieu de nous préparer à exécuter un plan d’actions communément admis, ne devrait-on pas nous accompagner pour être en mesure de répondre à cette unique question : qui suis-je ?

Il y autant de réponses à cette question que d’individus. Pourtant, un point commun existe entre elles.

La réponse à la question « qui suis-je ? » nous invite à aller au-delà du connu !

 

Enregistrer

3 réflexions sur « Au-delà du connu ! »

Laisser un commentaire