Au-delà du nationalisme

Nous sommes confrontés à trois problèmes mondiaux majeurs : les risques de guerre nucléaire, les changements climatiques et les mutations technologiques. Pour les résoudre, nous devons aller au-delà du nationalisme et mettre en œuvre des solutions conçues pour l’ensemble de l’humanité et pour la planète.

Au-delà du nationalisme

Dans un article publié, sur le site World in 2019, Yuval Noah Harari, historien et auteur, place ces défis dans un contexte beaucoup plus large. Il nous explique les limites des visions nationalistes et nous indique les questions à poser avant de voter.

Aller au-delà du nationalisme

Le système libéral qui gouverne le monde, depuis plusieurs générations, repose sur des principes selon lesquels tous les groupes humains sont égaux et qu’ils partagent des expériences, des valeurs et des intérêts communs. Tous les êtres humains doivent coopérer et travailler ensemble afin de protéger ces valeurs et de promouvoir ces intérêts. Le meilleur moyen de favoriser cette coopération est de faciliter la circulation des idées, des biens, de l’argent et des personnes à travers le monde.

Bien que l’ordre libéral mondial comporte de nombreux défauts et problèmes, il s’est révélé supérieur à toutes les alternatives. Le monde libéral du début du 21ème siècle est plus prospère, sain et paisible que jamais. Pour la première fois dans l’histoire de l’humanité, la famine tue moins de personnes que l’obésité; les fléaux tuent moins de gens que la vieillesse; et la violence tue moins de personnes que les accidents. Si vous pensez que nous devrions revenir à un âge d’âge pré-libéral, veuillez indiquer l’année au cours de laquelle l’humanité a été en meilleure forme qu’au début du XXIe siècle. Était-ce 1918 ? 1718 ? 1218 ?

Néanmoins, les gens perdent confiance dans cet ordre libéral. Les gouvernements du monde entier restreignent de plus en plus l’immigration, imposent des droits de douane élevés, censurent les idées étrangères et transforment leurs pays en forteresses murées. Si cela continue, l’ordre libéral mondial s’effondrera. Qu’est-ce qui pourrait le remplacer ? Bien que le nationalisme ait beaucoup de bonnes idées sur la façon de diriger une nation donnée, il n’a malheureusement pas de plan viable pour gérer le monde dans son ensemble.

Certains nationalistes espèrent que le monde deviendra un réseau de forteresses fortifiées mais conviviales. Chaque forteresse nationale protégera son identité et ses intérêts uniques, mais toutes les forteresses pourraient néanmoins coopérer et commercer pacifiquement. Il n’y aura pas d’immigration, pas de multiculturalisme, pas d’élites mondiales, mais aussi pas de guerre mondiale. Le problème avec cette vision est que les forteresses murées sont rarement amicales. Dans le passé, toutes les tentatives de diviser le monde en nations bien définies ont abouti à la guerre. Sans certaines valeurs universelles et organisations mondiales, les nations rivales ne peuvent pas se mettre d’accord sur des règles communes.

D’autres nationalistes adoptent une position encore plus extrême, affirmant que nous n’avons besoin d’aucune coopération mondiale. Chaque pays ne devrait se préoccuper que de ses propres intérêts et ne devrait avoir aucune obligation envers le reste du monde. La forteresse devrait juste lever son pont-levis et manier ses murs – et le reste du monde pourrait alors aller en enfer.

Équilibrer nationalisme et mondialisme

Cette position nihiliste est absurde. Aucune économie moderne ne peut survivre sans un réseau commercial mondial. Et, qu’on le veuille ou non, l’humanité est aujourd’hui confrontée à trois problèmes communs qui se moquent de toutes les frontières nationales et qui ne peuvent être résolus que par une coopération internationale. Ce sont la guerre nucléaire, le changement climatique et les bouleversements technologiques.

Vous ne pouvez pas construire un mur contre l’hiver nucléaire ou le réchauffement climatique, et aucun pays ne peut réglementer à lui seul l’intelligence artificielle ou la bio-ingénierie. Il ne suffira pas que l’Union européenne interdise la production de robots tueurs ou que les États-Unis interdisent le génie génétique des bébés humains. Si même un pays décidait de suivre ces trajectoires à haut risque et à gain élevé, d’autres pays seraient obligés de suivre sa dangereuse avance par peur d’être laissés pour compte. Ainsi, chaque fois qu’un politicien dira « Mon pays d’abord », nous devrions lui demander : comment votre pays peut-il à lui seul empêcher la guerre nucléaire, arrêter le changement climatique et réglementer les technologies perturbatrices ?

Pour faire face avec succès à ces trois problèmes, nous avons besoin de plus, plutôt que de moins, de coopération mondiale. Nous devons créer une identité mondiale et encourager les gens à être fidèles à l’humanité et à la planète Terre, en plus de leur pays. Le nationalisme ne doit pas constituer un obstacle à la création de cette identité globale. Les identités humaines sont assez adaptables.

Les États-nations d’aujourd’hui ne font pas partie de la biologie ou de la psychologie humaines. Il n’y avait pas d’Italiens, de Russes ou de Turcs il y a 5 000 ans. Il est vrai que les êtres humains sont des animaux sociaux et que la loyauté au groupe est inscrite dans nos gènes. Cependant, pendant des millions d’années, les êtres humains vivaient dans de petites communautés intimes plutôt que dans de grands États-nations. Homo Sapiens a finalement appris à utiliser la culture comme base d’une coopération à grande échelle, qui est la clé de notre succès en tant qu’espèce. Mais les cultures sont flexibles. Contrairement aux fourmis ou aux chimpanzés, les Sapiens peuvent s’organiser de différentes manières, dont aucune n’est « naturelle ». Les villes-états ne sont pas plus naturelles que les empires, et les états-nations ne sont pas plus naturels que les tribus. Il existe différentes options dans le menu Sapiens et le choix entre elles dépend de l’évolution des circonstances.

Les grandes nations ne sont apparues que depuis quelques milliers d’années – hier matin, selon le calendrier de l’évolution – et elles se sont développées afin de traiter des problèmes de grande ampleur que de petites tribus ne pourraient résoudre seules. Au 21ème siècle, nous sommes confrontés à des problèmes mondiaux que même les grands pays ne peuvent résoudre seuls. Par conséquent, il est logique de basculer au moins une partie de notre loyauté vers une identité globale.

Cela ne signifie pas la mise en place d’un gouvernement mondial ou l’abolition de toutes les différences culturelles, religieuses et nationales. Je peux être fidèle à la fois à plusieurs identités – à ma famille, à mon village, à ma profession, à mon pays, à ma planète et à l’espèce humaine tout entière. Il est vrai que des loyautés différentes se rencontrent parfois et qu’il n’est pas facile de décider quoi faire. Mais qui a dit que la vie était facile ? La vie est difficile. Faites avec. Parfois, nous mettons le travail avant la famille, parfois la famille avant le travail. De même, nous devons parfois privilégier les intérêts nationaux, mais il est parfois nécessaire de privilégier les intérêts mondiaux de l’humanité.

Votez pour les visionnaires

Qu’est-ce que tout cela signifie dans la pratique ? Eh bien, lors des prochaines élections, lorsque les politiciens voudront que vous votiez pour eux, posez-leur quatre questions :
– Si vous êtes élu, que ferez-vous pour atténuer les risques de guerre nucléaire ?
– Quelles actions entreprendrez-vous pour réduire les effets du changement climatique ?
– Quelles actions mettrez-vous en œuvre pour réglementer les technologies disruptives telles que l’IA et la bio-ingénierie ?

– Et enfin, comment voyez-vous le monde de 2040 ? Quelle est votre vision du pire scénario ? Et celle du meilleur scénario ?

Si certains politiciens ne comprennent pas ces questions, ou s’ils parlent constamment du passé sans être en mesure de formuler une vision significative pour l’avenir, ne votez pas pour eux !

Yuval Noah Harari, Article publié en anglais sur le site World in 2019.

Nationalisme contre mondialisme : le nouveau clivage politique

Dépasser ce clivage requiert d’aller au-delà du nationalisme. Pour approfondir toutes les questions abordées dans l’article, je vous invite à regarder cette vidéo, la première d’une série de dialogues TED visant à apporter une réponse réfléchie à l’escalade des divisions politiques.

 

Laisser un commentaire