Black Bazar

Je dis souvent, en plaisantant, que ça ne doit pas être facile d’être mon cerveau. Voici la situation. J’écris un billet sur les impacts de l’industrie de la mode. Je pense à cette phrase, lue dans le livre Black Bazar d’Alain Mabanckou, un de mes écrivains préférés, « l’habit ne fait pas le moine, c’est pourtant par l’habit qu’on reconnaît le moine. ».

Black Bazar

Je laisse donc tomber la mode, m’en vais chercher le livre, décide de faire de sa relecture le programme de ma soirée et de le partager avec vous, dans la foulée.

Mais ce n’est pas tout. Les idées se bousculent. Il faudrait que je vous parle aussi du groupe Black Bazar, que je vérifie si le livre a été adapté au cinéma, je relirai bien Demain, j’aurai vingt ans

STOP ! Je fais court. Alain Mabanckou, si vous ne le connaissez pas, remédiez très vite à cela. Un conseil d’amie 😉

Voici la présentation du livre, une playlist avec quelques vidéos du groupe et un court extrait – je m’autocensure mais je ne peux m’empêcher de vivement vous recommander de lire les théories de Fessologue. Amusez-vous ! Et changez de regard sur l’Afrique, l’héritage de la colonisation, les stéréotypes et les préjugés qu’on y associe habituellement. C’est de cela dont il est question dans Black Bazar.

Je retourne aux impacts environnementaux et sociaux de l’industrie de la mode. Un cours qui devrait peut-être dispensé aux rois de la SAPE.

Je sens que je vous ai perdus ?!? Lisez Mabanckou, vous comprendrez !!

Black Bazar, le livre

Black Bazar

Le héros de Black Bazar est un dandy africain de notre temps, amoureux des cols italiens et des chaussures Weston, qui découvre sa vocation d’écrivain au détour d’un chagrin d’amour. Naviguant entre complainte et dérision, il brosse avec truculence un tableau sans concession du monde qui l’entoure. Tour à tour burlesque et pathétique, son récit va prêter sa voix à toute une galerie de personnages étonnants, illustrant chacun à leur manière la misère et la grandeur de la condition humaine.

Un roman à la verve endiablée, tournant le dos aux convenances et aux idées reçues, par l’une des voix majeures de la littérature francophone actuelle.

Alain Mabanckou est né en 1966 au Congo-Brazzaville. Professeur de littérature francophone à l’université de Californie-Los Angeles (UCLA), il est notamment l’auteur de Verre Cassé et de Mémoires de porc-épic (prix Renaudot 2006).

Black Bazar, le groupe

Black Bazar est un groupe de musique créé sous l’égide d’Alain Mabanckou qui en est aussi le producteur.

Dans la continuité du roman, avec ses chansons à texte, cet orchestre nous conte l’Afrique, ses quartiers populaires, ses relations avec la politique, ses défis sociaux… et redonne à la Rumba Congolaise ses lettres de noblesse.

Un bonheur à écouter et à regarder !

Be free! Be free! Be free! Be cool! Be cool! Be cool!

Extrait

Y a des Blancs de toutes les couleurs ! Y en a avec des taches bizarres sur le visage, y en a avec des cheveux tout blancs alors qu’ils sont encore jeunes, y en a avec la peau très blanche comme le vin de palme, y en a avec une peau telle qu’on se demande même s’ils méritent d’être des Blancs. Y en a qui, au lieu de rougir quand ils sont en colère ou gênés, ils deviennent tout bleus ! Les Blancs, y en a de toutes les couleurs, c’est moi qui vous le dis ! Je dirais même que les Blancs ne sont pas blancs comme on le croit !

Découvrez d’autres livres…

 

Une réflexion sur « Black Bazar »

Laisser un commentaire