Divorce

Le divorce devrait concerner toutes les relations et pas seulement le mariage. Certes, le divorce est difficile et il ne rompt que les liens du mariage, d’autres peuvent perdurer. Mais, au moins, la possibilité de mettre fin à ces liens existe.

Pensez à toutes les relations dont vous aimeriez vous défaire et que vous maintenez faute de pouvoir les rompre définitivement à la manière d’un divorce. Que faire de ces relations insatisfaisantes ?

Divorce

Attendez ! Reprenons depuis le début. Qu’est-ce qu’une relation satisfaisante ?

Je la définis de la manière suivante : deux êtres qui s’engagent à s’aider et à se soutenir dans la voie qui convient le mieux à chacun, celle qui lui permet d’être pleinement lui-même. Il peut s’agir d’un ami, d’un frère, d’un patron ou d’un amoureux… Cette règle est la base.

Ça a l’air simple. Et pourtant…

Est-ce cette logique qui motive vos relations ? Ou attendez-vous des autres qu’ils comblent vos vides et qu’ils répondent à vos attentes ? Quelles attentes nourrissez-vous ? Observez-vous en toute objectivité. Nous sommes tous plus ou moins conditionnés pour entretenir un certain type de relations.

Ça commence dès l’enfance où nous devons nous soumettre à l’autorité des adultes. Celle des parents, en premier lieu. Viennent ensuite, l’autorité des enseignants, celle des autres membres de la famille, du patron…

Nous sommes éduqués pour être un enfant obéissant et sage, un frère protecteur, un élève exemplaire, un employé modèle, un conjoint aimant…

Je dis, nous sommes éduqués. Ces règles s’appliquent donc à vous qui lisez ces lignes mais aussi aux autres.

Tout comme vos parents ont une idée précise de l’enfant que vous devez être, vous avez la vôtre au sujet des bons parents. Et tout comme votre employeur exige que vous soyez un employé modèle, vous exigez qu’il soit un bon patron.

Je reviens à ma définition de la relation satisfaisante : « deux êtres qui s’engagent à s’aider et à se soutenir dans la voie qui convient le mieux à chacun, celle qui lui permet d’être pleinement lui-même. ». Nous sommes, souvent loin, très loin du compte. Et si on remettait le compteur à zéro ?

Notre unique obligation dans cette vie est de cheminer vers nous-mêmes, de nous défaire de nos conditionnements et illusions pour découvrir l’Être que nous avons toujours été.

Si nous considérons que chaque être qui croise notre chemin est un précieux enseignant qui est là pour nous aider, nous devrions être en mesure de l’accepter et de l’aimer tel qu’il est.

Et si cet autre ne conçoit pas la relation de cette façon et au lieu de soutenir notre cheminement, nous freine, nous devrions avoir assez de respect envers nous-même pour mettre fin à la relation sans ressentiment ou haine envers lui. L’amour demeure seule la présence physique cesse.

Nous devrions nous aimer assez pour nous éloigner de certains et nous rapprocher de nous-même. Dire non à certains pour se dire oui à soi et divorcer de quelques-uns pour s’unir à soi-même.

Vous commencez quand ?

Enregistrer

Enregistrer

5 réflexions sur « Divorce »

  1. Ping : anameyo

Laisser un commentaire