Je ne boycotte pas…

La campagne de Boycott de Sidi Ali, Afriquia et Danone, en cours, révèle une prise de conscience massive du pouvoir dont nous disposons en tant que consommateurs. Mais… Je ne boycotte pas…

Je ne boycotte pas Sidi Ali mais toutes les eaux en bouteilles.
Je ne boycotte pas Danone mais tous les produits laitiers.

Je ne boycotte pas Afriquia mais je limite mes déplacements et ma consommation de produits transformés et/ou importés parce que tout ce que nous consommons a nécessité du pétrole pour être produit.

Je ne boycotte pas

Il m’arrive d’acheter des boissons en bouteille et je n’arrive pas encore à abandonner complètement certains produits. Je suis loin d’être un modèle à suivre. J’essaie simplement de m’informer sur ce que j’utilise et de réduire ma consommation et ses effets néfastes.

Je déplore le fait que ce boycott ne prenne pas en compte d’autres facteurs. Si cette campagne réussissait, elle se solderait par une baisse significative des prix des produits concernés et à terme, d’une augmentation de leur consommation. C’est précisément ce dernier point que je conteste. Quand on connaît l’état du monde, les crises annoncées et celles en cours, on ne peut souhaiter rendre plus accessibles des eaux en bouteille, du lait et du gasoil…

Nous avons poussé notre planète vers le précipice et les dégâts sont de plus en plus manifestes. La biodiversité est en train de disparaître à une vitesse folle menant à des extinctions d’espèces massives, les systèmes agricoles sont sous pression et la pollution de l’air et de la mer est devenue une menace de plus en plus pressante pour la santé humaine. La tendance à l’unilatéralisme de certains États peut rendre plus difficile de maintenir les réponses multilatérales et à long terme qui sont requises pour lutter contre le réchauffement de la planète et la dégradation de l’environnement mondial.[1]

Je mets de côté la polémique sur les instigateurs de ce mouvement, la récupération politique… Je vous présente quelques faits sur les impacts environnementaux et sociaux de ces produits. A vous d’y réfléchir et de décider, de la suite que vous donnerez à vos actions.

Je le répète souvent sur ce blog : notre pouvoir d’achat est le plus puissant des bulletins de vote. A chaque fois que nous achetons un produit, nous choisissons le monde dans lequel nous aimerions vivre.

Lisez ce qui suit, regardez les vidéos de la playlist, et votez massivement !

Et si on boycottait l’eau en bouteille ?

Une bouteille d’’eau en plastique d’un 1,5 L, c’est :
– 150 ml de pétrole (fabrication du plastique et transport)
– 3 litres d’eau (extraction du pétrole)
– 90 grammes d’équivalent CO2 (extraction du pétrole et transport)
– 2 m2 d’empreinte écologique (superficie de forêt virtuelle nécessaire pour absorber les émissions de CO2)
– 30 g de déchets plastiques
jusqu’à 1000 ans pour que la bouteille en plastique se décompose. Elle libèrera dans le sol des produits toxiques, qui finiront ensuite dans notre assiette

– Incinéré, le plastique libère, dans l’air, des toxines que nous respirons

[1] Source Global Risks Report 2018

A suivre, cette semaine, Et si on boycottait le lait ?
Sources :
Pour découvrir l’impact de l’industrie de la mode ou celui d’un jean et le boycott bienveillant avec I-Boycott.

 

Une réflexion sur « Je ne boycotte pas… »

  1. Nous sommes enchantés que notre article ait pu vous inspirer !
    Bienvenue dans la communauté des drops =)

Laisser un commentaire