La maladie du faire

Dans un premier temps, la nature de l’activité et de ses courants cachés doivent être compris, autrement aucune détente n’est possible.

Même si vous voulez vous détendre, ce sera impossible si vous n’avez pas observé, reconnu, réalisé, la nature de votre activité, parce que l’activité n’est pas un phénomène simple.

De nombreuses personnes voudraient se détendre, mais elles ne peuvent pas se détendre. La détente est comme une fleuraison, vous ne pouvez pas la forcer. Vous devez comprendre le phénomène tout entier. Pourquoi vous êtes si actif ? Pourquoi tant d’occupation active ? Pourquoi êtes-vous obsédé par elle ?

Souvenez-vous de deux mots : l’un est action, l’autre est activité. L’action n’est pas de l’activité. L’activité n’est pas de l’action. Leurs natures sont diamétralement opposées.

L’action c’est lorsque la situation l’exige, vous agissez, vous répondez. L’activité c’est lorsque la situation importe peu, ce n’est pas une réponse, vous êtes si agité intérieurement, que la situation est juste une excuse pour être actif.

L’action émerge d’un mental silencieux, c’est la chose la plus belle au monde. L’activité émane d’un esprit agité, c’est la chose la plus laide. Agissez plus et laissez les activités cesser d’elles-mêmes. Peu à peu une transformation se passera en vous. Cela prend du temps, cela a besoin de saisons, mais il n’y a également aucune hâte.

Maintenant vous pouvez comprendre ce que signifie la relaxation. Cela signifie aucun désir d’activité en vous. Relaxation ne signifie pas s’étendre comme un homme mort. Vous ne pouvez pas vous étendre comme un homme mort, vous pouvez seulement feindre. Comment pouvez-vous vous étendre comme un homme mort ? Vous êtes vivant, vous pouvez seulement feindre. La relaxation vient à vous lorsqu’il n’y a aucun désir d’activité, l’énergie est « chez elle » – ne se déplaçant nulle part. Si une certaine situation surgit vous agirez, c’est tout, mais vous ne cherchez pas une certaine excuse pour agir. Vous êtes à l’aise avec vous-même. Relaxation veut dire : Être à la maison. 

La relaxation est non seulement celle du corps, non seulement celle du mental, elle est celle de votre être tout entier.

Vous êtes trop dans l’activisme et bien sûr, fatigué, dispersé, desséché, congelé. L’énergie de vie ne circule pas. Il y a seulement des blocages, des blocages et des blocages. Et toutes les fois où vous faites quelque chose vous le faites dans une folie. Naturellement la nécessité de se détendre se fait sentir.

C’est pourquoi tant de livres sont écrits chaque mois sur la relaxation et je n’ai jamais vu une personne qui est devenue détendue en lisant un livre sur la relaxation ! Elle est devenue plus agitée parce que maintenant sa vie entière d’activité demeure intacte. Son obsession à être active est là, la maladie est là et cette personne feint d’être dans un état de détente ainsi elle s’allonge. Toute agitée à l’intérieur, un volcan prêt à exploser et elle se détend d’après les instructions d’un livre : comment se détendre ?

Il n’y a aucun livre qui puisse vous aider à vous détendre – à moins que vous ne lisiez votre propre être intérieur et alors la relaxation n’est pas une obligation. La relaxation est une absence, une absence d’activité, pas une absence d’action. Ne faites rien ! Aucune posture de yoga n’est nécessaire, aucune déformation ni contorsion du corps ne sont nécessaires. « Ne Faites Rien ! ». Seule l’absence d’activité est nécessaire. Et comment viendra-t-elle ? Elle viendra par la compréhension. La compréhension est la seule discipline. Comprenez votre activisme et soudain, au beau milieu de l’activité, si vous devenez conscient, cet activisme s’arrêtera. Si vous devenez conscient de pourquoi vous le faites, cela s’arrêtera. Et cet arrêt est ce dont parle Tilopa.

La relaxation veut dire que ce moment est plus qu’assez, plus qu’il peut être demandé et attendu.

Rien à demander, est plus qu’assez, plus que vous ne pouvez désirer. Alors l’énergie ne se déplace jamais plus nulle part. Elle devient une étendue placide. Vous vous dissolvez dans votre propre énergie. Ce moment-là est relaxation. La relaxation n’est ni celle du corps ni celle du mental, c’est celle de votre être tout entier. C’est pourquoi les bouddhas continuent à dire : « Devenez sans désir. » Parce qu’ils savent que s’il y a désir, vous ne pouvez pas vous détendre.

La relaxation n’est pas une posture, la relaxation est une transformation totale de votre énergie.

Extrait de Tantra : The Supreme Understanding – Osho

Crédit photo

Découvrez d’autres lectures

 

2 réflexions sur « La maladie du faire »

  1. Ping : anameyo

Laisser un commentaire