Tu es donc je suis

Nous le savons ! Notre époque est morose. La fatalité et le catastrophisme triomphent. L’avenir s’annonce sombre et nous ne pouvons rien y changer… L’individualisme et la poursuite du seul intérêt personnel sont notre unique chance de nous en sortir…

Pourtant ! Des voix, comme celle de Satish Kumar, s’élèvent pour nous transmettre un message différent.

Ce qui place ce livre parmi ceux que j’aime le plus ?

Tu es donc je suis

La réflexion de son auteur, simple et rationnelle. Elle incite à structurer notre mode de vie selon sa définition de la trinité : le Soi, la Société et la Terre. Trois conditions essentielles que chacun devrait respecter pour réussir sa vie. S’occuper de soi, servir les autres et respecter la Terre. Voilà l’équation du bonheur !

Satish Kumar clame haut et fort ce qu’il nomme sa déclaration de dépendance, son mantra des temps modernes : Tu es donc je suis ! « Tu » s’adresse à tous les êtres vivants et pas seulement aux humains.

Vous n’êtes pas convaincu ? Regardez cette vidéo ! Après, vous ne pourrez pas résister, vous courrez acheter le livre pour le dévorer 😉

Présentation du livre

Tour à tour humble et cultivé, simple et vivant, Satish Kumar nous offre le récit passionnant d’une odyssée spirituelle et une brillante réflexion sur notre époque en crise.

Dans un monde quotidiennement aux prises avec la discorde et la violence, Tu es donc je suis fait souffler un vent de paix et de liberté. Et nous entraîne au cœur de la philosophie personnelle de Satish Kumar, enfant moine en Inde, disciple passionné de Gandhi, marcheur pour la paix, compagnon de Krishnamurti, Bertrand Russell ou Martin Luther King.

Loin de la logique cartésienne du « Je pense, donc je suis », qui sépare le sujet pensant de l’univers et introduit la dualité et la rupture, Satish Kumar prône l’interaction entre les êtres et leur milieu.

Une authentique déclaration de dépendance qui lie l’homme à ses rencontres, ses influences, ses racines et son environnement.

Et, en guise de clin d’œil, un nouveau mantra, « Tu es donc je suis », libre traduction d’une parole fondamentale du sanskrit, pour unir les expériences de ce livre et nous initier à la pensée d’un véritable sage des temps modernes.

Source

Avant-Propos
Ce livre retrace mon parcours intellectuel. J’y évoque les sources d’inspiration qui ont façonné ma vision du monde et m’ont permis de l’envisager comme un faisceau de relations multiples et variées, toutes étroitement liées les unes aux autres.
Il s’articule en quatre parties.
La première s’appuie sur les souvenirs que j’ai gardés de mes conversations avec ma mère, avec mon instituteur et avec mon maître spirituel. Très religieux, ils m’ont éveillé à la vie spirituelle dès l’enfance.
La deuxième partie est consacrée à mes rencontres avec le sage indien Vinobâ Bhâve ; avec Krishnamurti, prophète de la liberté ; avec Bertrand Russell, philosophe adepte du rationalisme scientifique ; avec Martin Luther King, libérateur des opprimés ; et avec Ernst Friedrich Schumacher, précurseur d’une économie soucieuse de l’environnement. Ces cinq grands penseurs et militants m’ont incité à m’engager dans l’action et dans la réflexion sociale, spirituelle et politique.
La troisième partie de l’ouvrage traite de mes voyages en Inde, qui n’ont cessé de me nourrir tout en me permettant de renouer avec mes racines.
La quatrième partie expose ma vision du monde, fondée sur une interdépendance universelle plutôt que sur la philosophie dualiste et séparatiste dont René Descartes fut, à mon sens, le premier promoteur.
Nombre des problèmes qui se posent au monde à l’heure actuelle (course aux armements, dégradation de l’environnement et injustices sociales), ainsi que certaines tragédies comme celle de l’attaque du World Trade Center à New York en septembre 2001 – attaque dont je fus témoin –, plongent leurs racines dans le doute cartésien, dans le dualisme, l’individualisme et bien d’autres mots en « -isme » hérités de la philosophie occidentale. Cette pensée dualiste descend en droite ligne de la fameuse formule de Descartes : Cogito, ergo sum – « Je pense, donc je suis ».
Pour ma part, je suis favorable à une autre vision du monde, encore émergente à l’Ouest, que résume parfaitement le proverbe sanskrit So Hum, bien connu en Inde. So Hum, que je traduis par « Vous êtes, donc je suis » – Estis, ergo sum –, est devenu mon mantra, le mantra d’un mode de relations non dualiste et non fragmenté. Il étaye l’ensemble des expériences que j’ai rassemblées dans cet ouvrage.
Tout le long de mon parcours intellectuel, j’ai bénéficié de l’apport constant de trois fontaines de sagesse qui m’ont autant formé que fasciné.
La première n’est autre que l’Inde elle-même. Bien que j’y sois né et que j’y aie grandi, ce pays ne cesse de me surprendre. Je suis souvent choqué, voire médusé, par ce qui s’y passe. L’Inde demeure, à mes yeux, une véritable énigme. Son existence seule suffit à m’intriguer. Elle m’inspire autant que la terre et la culture qui la constituent. Ce livre est donc en partie un livre sur l’Inde.
Ma deuxième fontaine de sagesse est la religion jaïne, qui contribue, elle aussi, à colorer mon paysage mental. J’ai récemment remarqué à quel point je m’appuie dans ma vie courante sur des manières de voir ou de faire héritées de mon éducation jaïne, et dont je pensais m’être éloigné depuis longtemps. Ce livre est donc aussi un livre sur les principes et les enseignements du jaïnisme.
Enfin, je me situe à la confluence de l’Orient et de l’Occident. Installé depuis trente ans en Angleterre, je suis aussi influencé par l’Ouest que par l’Est. En moi s’opère une synthèse des deux visions du monde qu’ils représentent, même si je m’efforce de demeurer un esprit libre et de tracer ma route hors des frontières géographiques, religieuses ou culturelles.
Je suis issu d’une culture orale. Toutes les conversations que je rapporte dans cet ouvrage émanent de mes souvenirs personnels, mais je n’ai pas tenu de journal ni même noté sur le moment les propos qui furent échangés. Je n’ai ajouté les guillemets qui ouvrent et ferment certaines phrases que pour en faciliter la lecture. Il ne s’agit donc pas d’un véritable compte rendu : mon livre témoigne seulement de ce que j’ai compris à l’époque et de ce qui en est resté à ma mémoire.
Satish Kumar
Hartland
15 février 2002
Lire le portrait de Satish Kumar sur le site Changeurs de Monde
Découvrir d’autres lectures

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

2 réflexions sur « Tu es donc je suis »

  1. Ping : anameyo

Laisser un commentaire