Une mode éthique et responsable est possible

Vandana Shiva dit, à très juste titre, que la révolution commence dans l’assiette. Si la mienne a commencé par une rencontre, elle s’est confirmée dans l’assiette puis a mûri dans mon dressing, il y a environ quatre ans. Depuis, je n’ai presque plus acheté de vêtements.

Comme lorsque j’ai changé mes habitudes alimentaires, la raison est la même. J’ai renoncé au shopping quand j’ai pris conscience de l’impact environnemental et social de ma garde-robe. Et bien que je sois relativement bien informée sur ces sujets, j’ai découvert d’autres conséquences, à l’occasion de la rédaction de ce billet.

Une mode éthique et responsable est possible
Crédit photo Pixabay

Comprendre Pour Changer…

Contribuer à la misère ou au suicide des cultivateurs de coton, encourager l’agriculture intensive et l’usage de pesticides, participer à maintenir des conditions de travail proches de l’esclavage, notamment pour des enfants ou encore des guerres pour avoir la mainmise sur du pétrole nécessaire à la fabrication de la majorité des textiles utilisés, polluer les eaux, m’exposer toujours plus à un cocktail de perturbateurs endocriniens et de substances cancérigènes dont on ne mesure pas encore pleinement les effets… C’est cela aussi que je choisissais, sans le savoir, lorsque j’achetais des vêtements.

Si vous avez envie d’approfondir ce sujet, j’ai sélectionné, pour vous, une série d’articles. Vous trouverez tous les liens en bas de cette page.

Quelques chiffres à retenir  à propos de l’industrie de la mode
– 3ème industrie la plus polluante.
– 8,1 % des émissions de gaz à effet de serre.
– 79 milliards de mètres cubes d’eau consommés par an. Environ 1% de la consommation mondiale.
– 20% de la pollution des eaux douces de la planète dus à la teinture et au traitement des textiles.
– La production mondiale de vêtements a doublé entre 2000 et 2014.
– 60% des fibres textiles utilisées dans le monde proviennent d’un dérivé du pétrole : le polyester.
– 200 à 400 ans est le temps nécessaire à la biodégradation d’un vêtement en fibres synthétiques.

– 60 millions de personnes travaillent à la confection de nos vêtements. 70% sont en Asie. 80% sont des femmes dont la majorité travaille dans des conditions précaires. 50 000 jeunes filles sont en situation de travail forcé (pour payer leur dot), dans les usines de filature au Sud de l’Inde.

Pour ces raisons et pour beaucoup d’autres, j’ai déserté les boutiques et me suis contentée d’utiliser jusqu’à son dernier souffle le contenu de mes placards. Ne pas consommer reste la meilleure alternative, selon moi.

Vous vous dites sûrement que ça ne changera rien. Je vous l’accorde. Mon mode de vie ne changera pas le monde mais il change mon monde et c’est bien assez. Comme chacun de nous, je cherche, j’apprends (ou plutôt je désapprends) et j’évolue… Ma consommation et mon mode de vie sont loin de respecter tous les idéaux auxquels j’aspire. Mais n’est-ce pas le but d’un idéal, nous montrer une voie pour tenter de nous en approcher ?

Ce sont les raisons d’un choix qui le justifient et non pas la situation à laquelle il mène.

Quelles raisons motivent ou dictent vos choix vestimentaires ?

Vers une mode éthique et responsable

Face aux conséquences désastreuses de l’industrie de la mode, de plus en plus de personnes, se mobilisent pour sensibiliser, informer et proposer des alternatives. La Slow Fashion est une réponse à toutes ces préoccupations.

Si comme moi, vous ne faites pas la différence entre mode raisonnée, durable, responsable, éthique ou éco-responsable, lisez cet article de SloWeAre.

Les campagnes et initiatives en faveur d’une mode plus éthique et responsable, comme celle initiées par FASHION REVOLUTION, sont de plus en plus nombreuses et réussissent à changer le secteur.

FASHION REVOLUTION

Dimanche dernier, a démarré la semaine FASHION REVOLUTION, un collectif qui incite chacun à consommer la mode autrement, à s’interroger sur ceux qui la fabriquent et à réfléchir aux atteintes portées à l’homme et à l’environnement tout au long de ce processus complexe.

Cette année, cette campagne de sensibilisation aura également lieu au Maroc, dimanche 29 avril 2018, à L’Uzine à Casablanca.

A l’origine du collectif

Le 24 avril 2013, à Savar, au Bangladesh, a eu lieu la 4ème catastrophe industrielle de toute l’histoire. Le Rana Plaza, un bâtiment de huit étages qui comprenait cinq usines de confection de vêtements pour le marché occidental, s’est effondré provoquant 1 138 morts et 2 500 blessés.

C’est à ce moment qu’est né FASHION REVOLUTION, à Londres. Depuis, des personnes du monde entier se sont réunies afin de changer les pratiques du secteur et nos modes de consommation. C’est maintenant un mouvement international qui a lieu chaque année dans plus d’une centaine de pays.

Historiquement le FASHION REVOLUTION Day était célébré le 24 avril, depuis l’année dernière l’événement se déroule pendant toute une semaine. Preuve, s’il en faut, que le monde change et que de plus en plus de consommateurs souhaitent donner du sens à leurs achats.

Une semaine de sensibilisation du 23 au 29 avril 2018 !
Le collectif FASHION REVOLUTION a mis en œuvre de nombreuses initiatives pour sensibiliser consommateurs, professionnels et pouvoirs publics sur les revers de la mode :
– il nous propose, à nous consommateurs, d’interroger les marques sur l’histoire des vêtements que nous portons et d’exiger la transparence ;

– il nous incite à nous informer sur ceux qui fabriquent nos vêtements, à imaginer le chemin qu’ils ont suivi depuis le cultivateur de la matière première, jusqu’au confectionneur et au distributeur en passant par le filateur, le tisseur et l’ennoblisseur. Et à interroger nos marques préférées via les réseaux sociaux.

Who made my clothes

Chacun est invité à choisir une pièce dans son dressing, à se prendre en photo avec l’étiquette apparente et à interpeller la marque en postant la photo sur les réseaux sociaux avec le hashtag : #WhoMadeMyClothes

Ce sont notre implication et notre engagement qui inciteront les marques à changer leurs pratiques.

Vous aussi vous pouvez télécharger des documents et participer sur cette page.

FASHION REVOLUTION met également, à disposition des écoles de mode, des supports pédagogiques afin qu’elles mobilisent leurs étudiants et les sensibilisent à ce sujet.

FASHION REVOLUTION Morocco

L’équipe de FASHION REVOLUTION Morocco se compose de professionnels et de passionnés de la mode, vivant ou voyageant au Maroc. En créant un réseau international, transparent et coopératif, ce collectif militera pour inscrire la durabilité et l’éthique parmi les objectifs des acteurs du secteur de la mode marocaine.

#mymoroccanstyle Dress Challenge sera une combinaison d’habits traditionnels marocains et de pièces issues de la fast fashion. En affichant un contraste entre l’artisanat et la production rapide et en utilisant une approche narrative authentique, l’objectif est d’augmenter l’attrait pour l’identité culturelle locale.

FASHION REVOLUTION Morocco appelle à la collaboration et invite les personnes intéressées à rejoindre la communauté pour que ce projet atteigne le plus de personnes possible.

A vous de jouer ! Participez à la rencontre Dimanche 29 avril 2018, 13h00-17h00 à L’Uzine, Casablanca ou à la campagne sur Facebook et Instagram.

Si vous avez poursuivi la lecture jusqu’ici, c’est que le sujet vous interpelle. Vous vous posez certainement cette question :

Qu’est-ce que je peux faire  à mon échelle ?

Réponses !!

Consommer moins

Ça restera toujours la solution qui a le plus d’impact.

Avant d’acheter
– Me questionner par rapport à mes besoins : ai-je vraiment besoin de ce vêtement ou puis-je en utiliser d’autres ? Est-ce que ce que j’ai ne suffit vraiment pas à m’habiller ? Qu’est-ce que je cherche à affirmer à travers mes habits ? Qu’est-ce que je cache avec ? Quelle image, quels messages je cherche à afficher et à transmettre en ayant recours à des vêtements ? Quelles fonctions je leur attribue ?…
– Ne pas céder à la mode sans réfléchir aux conséquences de mes achats. Ne pas laisser une tendance définie par les autres empiéter sur mes valeurs.
– Choisir des vêtements en textiles naturels, confectionnés localement ou le plus proche possible. Les faire faire par un artisan local. Ils me coûteront beaucoup moins chers et permettront d’augmenter les revenus de l’artisan.
– Privilégier les commerces de proximité. En plus des avantages des circuits de distribution courts, ils permettent de tisser des liens plus enrichissants avec les commerçants…
– Acheter d’occasion et louer les tenues de soirée.
– Interpeller les magasins, les questionner sur l’origine des produits et leurs conditions de fabrication.
Utilisation
– Ne pas laver trop souvent.
– Laver à l’eau froide ou à 30° maximum. Plus la température de l’eau est élevée, plus vite mes vêtements s’useront. En plus, chauffer l’eau consomme de l’énergie.
– Bien remplir ma machine à laver.
– Préparer une lessive écologique avec ces recettes.
– Ne pas repasser.
Fin de vie
– Donner à des personnes qui en ont vraiment besoin (inutile de transférer mes mauvaises habitudes à d’autres 😉 ) ou à des associations en exigeant la transparence sur l’usage qui sera fait de mon don.
– Vendre mes vêtements ou organiser un vide dressing entre amis. Si vous êtes gênés par le fait de vendre à vos amis. Faites-le quand même et réservez l’argent collectés à des œuvres caritatives.
– Réparer, transformer et recycler, si cela est possible. Je ne connais pas de parc de recyclage. Si vous avez une adresse à Rabat, envoyez-la-moi svp 😉 Merci !

S’informer

Renseignez-vous, interrogez, soyez curieux. Diffusez l’information pour que d’autres puissent aussi changer leurs habitudes.Posez-moi vos questions, si j’ai les réponses, je les partagerai avec plaisir !
Voici des liens pour vous y aider. Les chiffres que je cite en proviennent.
– Une infographie de Novethic sur l’industrie de la mode. C’est bien la 3e industrie la plus polluante. Julia Faure, co-fondatrice de Loom l’explique dans cet article : Pourquoi H&M se moque (bien) de nous.

– FASHION REVOLUTION Morocco.

Si vous ne l’aviez pas déjà fait, vous voici prêt à alléger votre garde-robe ! Partagez vos témoignages, ça me fera plaisir de vous lire 🙂
Revenez la semaine prochaine, ou inscrivez-vous à la newsletter, j’ajouterai une sélection de films et de livres sur le sujet.

 

 

3 réflexions sur « Une mode éthique et responsable est possible »

Laisser un commentaire