Un message pour vous #1

Si vous avez atterri sur cette page, ce n’est pas par hasard… Elle contient un message pour vous !
Revenez Lundi prochain pour un autre message 🙂

Message#1

Il n’y a responsabilité que dans notre imaginaire, dans ce fantasme qui nous fait croire que nous décidons par nous-mêmes, ce fantasme qui nous tranquillise, nous sécurise dans notre croyance que nous faisons ce qui est juste. Ensuite, c’est dans l’absence totale de responsabilité fabriquée que nous pouvons remplir nos vraies responsabilités.

Votre responsabilité dans la vie est d’arrêter de vous plaindre, d’arrêter de prétendre être misérable, d’arrêter de prétendre que vous avez besoin d’un crapaud pour être heureux. Quand vous arrêtez de prétendre, vous êtes heureux, vous êtes ouvert et vous rendez votre entourage heureux.

Votre entourage n’a pas besoin de votre responsabilité ; il a besoin de votre joie, de votre ouverture. Vous n’avez rien à enseigner à vos enfants, vous n’avez rien à faire ou non pour votre femme, vous n’avez pas à la rendre heureuse, pas plus que vos enfants. Si vous essayez, vous les insultez et vous les privez de leur capacité à trouver leur véritable bonheur.

Rien n’étant séparé, vous les aidez autant qu’ils vous aident, mais pas par besoin, décision ou pseudo-obligation morale : par résonance, pour la joie de donner. Dans l’absence de tout désir, de tout dynamisme destiné à leur faire ressentir autre chose que ce qu’ils ressentent, vous les soutenez dans leur exploration, dans leur compréhension qu’ils n’ont besoin de rien pour être heureux.

Cette ouverture ne vous transforme pas en chou-fleur. Vous pouvez vivre, vous pouvez danser, vous pouvez aimer, vous pouvez combattre, vous offrez des fleurs à votre femme… Mais ça ne vient plus d’un concept, d’une responsabilité ; ça vient d’une résonance.

Quand vos enfants vous sentent sans demande, sans espoir pour eux, ils deviennent réceptifs. Là, il y a véritablement rencontre, transmission ; non d’un savoir vers une ignorance – suprême arrogance ! – mais interrogation de la vie sans réponses, unité dans l’admiration.

Vous pouvez changer de travail ou non, sans qu’aucune réflexion ne soit jamais attachée à ce changement ou à ce non-changement. Toutes les actions sont contenues dans l’ouverture. La vie est action. La créativité ne peut vraiment s’exprimer que dans cette ouverture. C’est seulement la peur, la prétention d’être quelque chose, de vouloir quelque chose, qui nous maintient dans une vie répétitive, une compulsion sans fin.

Extrait du livre d’Éric Baret, le seul désir.

© Photo Pixabay

Message#2

 

2 réflexions sur « Un message pour vous #1 »

Laisser un commentaire